Expo Noirs d’Argent 2014

Noirs de mâchefer

Noirs d'ArgentJ’ai appris à lire sur des horaires ferroviaires
À calculer les correspondances et l’âge du contrôleur
Déchiffrer l’horloge bicéphale aux nombres romains
Et la géographie sur des bordereaux jaunis

Ma madeleine, c’est l’odeur âcre du mâchefer
Et l’horizon qui danse mollement
L’été, au-dessus des traverses goudronnées

J’aime les vibrations du sol quand le train s’ébroue
Les aiguillages graisseux et la cardioïde des crémaillères
J’aime les graviers qui crissent avant d’éclater
Les barrières comme des écluses aux jupes souples

Et mes équilibres incertains sur ces deux rubans d’acier
Qui surplombaient des abysses terrifiants
Si tu tombes, l’acide te ronge

Jeannette était chef de gare
C’est bien tout ce que je sais d’elle
C’est bien tout ce dont je me rappelle
Mais je crois que les rails se rejoignent à l’infini.