Claude Tauleigne, Photographe et cætera…

J’ai déchiré ma vie et mon poème [...]
Déchiré mon cœur déchiré mes rêves
Que de leurs débris une aube se lève.
(Louis Aragon, Les pages lacérées)

Dans l’œil du compas…

Photographier c’est mettre sur la même ligne de mire la tête, l’œil et le cœur… tu trouveras cette citation de Cartier-Bresson tous les sites de photographes à la con qui veulent prouver au monde entier que, depuis qu’ils lisent Réponses Photo, ils possèdent une immense culture photographique et peuvent donc citer un autre photographe que Robert Doisneau ou David Hamilton. Le monde entier, qui n’a rien fait pour mériter ça, ne leur en demande pourtant pas tant. Bien au contraire.
En ce moment, j’ai un compas dans l’œil. Au sens littéral, figuré et figural (oui… littéré aussi) : je suis donc bien incapable d’aligner ces trois organes. Je n’arrive même pas à aligner deux points, ce qui est assez conceptuel. Alors j’essaie simplement de tirer des traits, au crayon gras, entre des petits souvenirs numérotés, comme dans les carnets de jeux pour enfants, en espérant que ça fasse un joli dessin à la fin. Souvent, on découvrait une girafe ou la tête à Pif le chien. On le savait depuis le début mais c’était bien quand même.

Claude Tauleigne